Qu’est-ce Région de Nyon fait de concret pour Prangins ?
Avant tout, ne perdons pas de vue que le premier but de la Région, c’est de s’occuper des enjeux et projets s'inscrivant dans la politique régionale durable. De ce fait, plutôt que de se demander ce que la Région contribue à réaliser sur notre territoire, posons-nous la question suivante : qu’apporte la Région aux Pranginoises et Pranginois.
A vrai dire rien ou très peu… à ceux qui ne sortent jamais du village !
Pour les autres, la liste des réalisations auquel la Région a apporté ou apporte son soutien, et dont nous avons tous bénéficié un jour ou l’autre, est longue : réseau de mobilité douce, vélos en libre-service, domaine skiable de la Dôle, aménagement du Bois-de-Chênes, corridors écologiques, etc. Le lecteur motivé pourra aller consulter les rapports annuels de la Région pour s’en convaincre.
La Région mène aussi deux projets phares qui illustrent mieux que d’autres sa nécessité et celle en d’en faire part.
Tout d’abord, la Région joue un rôle capital pour nous dans l’aménagement de l’agglomération du Grand Genève. La confédération a décidé que la région noyonnaise fait partie de l’agglomération du Grand Genève plutôt que celle de Lausanne-Morges, et nos autorité cantonales ont décidé que l’interlocuteur vaudois de cette agglomération, faut-il le rappeler transfrontalière, serait Région de Nyon, qui a ce titre reçoit des subventionnements importants.
On peut se faire une idée plus précise de l’impact du Grand Genève sur notre vie de tous les jours en allant consulter les projets d’agglomération, trois moutures jusqu’à aujourd’hui (PA1 en 2007, PA2 en 2016, PA3 en 2016), la quatrième en gestation. Une lecture ardue ; quelques centaines de pages à chaque fois. 
Voulons-nous vraiment être écarté de ce forum régional, où se joue tout autant qu’au Conseil Communal , sinon plus, l’avenir de notre qualité de vie ?
Autre projet qui impacte notre vie au quotidien, la réorganisation des Transports publics de la Région. Projet emblématique de l’utilité d’une association régionale pour résoudre efficacement des problèmes régionaux, il n’est pas inutile de rappeler qu’elle nous était imposée par la décision de la Confédération de fermer six gares ferroviaires. Chaque Pranginoise et Pranginois bénéficie aujourd’hui d’un réseau coordonné de bus circulant fréquemment ; de surcroit, le transfert des déplacements vers les transports publics et l’indissociable mobilité douce soulage les axes routiers, et donc les utilisateurs Pranginois qui les fréquentent. Depuis 2012, la fréquentation des bus a augmenté de 52%, pour 21 lignes sur 260km. Même s’il est vrai que nous ne perdrions pas la ligne 805 si nous devions quitter l’association, nous devons incontestablement son efficacité au rôle coordinateur que la Région a assumé, à notre demande d'ailleurs.
A l’évidence, les projets régionaux ne sont pas limités à ceux des projets d’agglomération. Au gré des initiatives de communes porteuses de la Région, d’autres projets régionaux ont vu, voient ou verront le jour, comme l’abattoir régional à Aubonne, la maison du vin à Mont-sur-Rolle et la transformation de l’Usine à Gaz à Nyon. Grâce au DISREN (Dispositif d'Investissement Solidaire de la Région Nyonnaise) opérationnel depuis 2017, ce ne sont pas moins de 16 projets qui ont pu être mis sur les rails en 2 ans seulement. Le DISREN s'avère déjà être la machine à investissements qui va permettre à la région de rattrapper son retard en infrastructures.
La main de la Région ne s’arrête toutefois aux projets d’infrastructures, si essentiel pour une population en forte croissance. Les habitants de Prangins bénéficient de la Région lorsqu’ils participent aux nombreux évènements culturels, sportifs ou autres d’envergure régionale soutenus par Région de Nyon, sur notre territoire ou chez nos amis voisins.
Nous écartions plus haut la question de ce que la Région a contribué à réaliser sur notre territoire. Répondons-y quand même brièvement.
Il est vrai que l’empreinte des projets régionaux dans la commune est encore limitée. Pourquoi ? Parce que nous n’y avons pas eu depuis 2004 de grandes réalisations de portée régionale. On peut soit s’en réjouir, parce que nous n’avons pas eu un mètre carré de notre sol à sacrifier « aux autres », ou le regretter, parce que nous n’avons que peu eu l’opportunité de manifester notre solidarité à la Région par la mise en commun d’un bout de notre territoire. Projet modeste, le sentier Guiger est l’exception, qui a bénéficié du soutien financier de la Région.
Mais attention, les échéances de plusieurs projets à caractère régional sur sol pranginois approchent à grands pas, notamment la requalification de la route Suisse et les passerelles de mobilité douce qui nous relierons bientôt à Nyon et Gland ; le moment venu, nous serons alors bénéficiaires de la solidarité régionales.
Concluons que par sa vocation régionale, le retour que nous avons de notre participation de Région de Nyon ne peut et ne doit pas être mesuré à ce qui est réalisé sur le sol pranginois. Il faut voir plus large, prendre de la hauteur, constater son impact considérable sur la vie quotidienne des Pranginois. Et se rappeler que l’action de Région de Nyon s’inscrit dans la durée, pour nos enfants et les 140’000 habitants attendus à l’horizon 2040 .
Seul un NON le 19 mai nous permettra de continuer de décider ensemble et de construire ensemble cet avenir régional.